Catégorie : Non classé

Exposition ALBA , le vernissage…

Toute l’équipe de Grammatical était fière de présenter le travail de Frédéric Forest et Quentin Simon, dans notre galerie éphémère dans le Marais à Paris. Ce livre est certainement le premier livre d’une longue série…

Ce fut un sincère et chaleureux plaisir de vous voir et vous accueillir pendant ces trois jours pour notre première exposition ! La première et certainement pas la dernière… Des nouvelles dates et des prochaines expositions seront bientôt à Miami, NYC, et bien d’autres à venir…

Photos credits Mathieu Pellerin

Les chevaux du Barn Hotel, par Frederic Forest

Frédéric a été invité à décorer les chambres de l’hôtel Barn. Vous pourrez trouver dans chaque chambre de l’hôtel l’un des magnifique dessins de la collection «Chevaux»

Horse series frederic forest limited prints

Entre les chênes, les ormes et les bouleaux, deux vastes granges couleur rouge émergent du paysage. A Bonnelles, le Barn, hôtel s’étire au sein d’un domaine de 200 hectares, un lieu où chevaux et chevreuils sont rois.

Au Barn, partout où porte le regard, on voit des chevaux. Paradis des cavaliers amateurs ou confirmés, la forêt de Rambouillet semble être sortie de terre pour la parcourir à cheval.

Horse series frederic forest limited prints

Horse series frederic forest limited prints

Adossé au Haras de la Cense, haut-lieu de la relation Homme-Cheval, Le Barn offre à ses clients la possibilité de promenades personnalisées, ainsi que des initiations à une approche de l’animal à pied et monté , fondée sur des techniques équestres ainsi que des savoirs sur la nature du cheval issus de la science du comportement : l’éthologie.

Horse series frederic forest limited prints

Ces dessins et bien d’autres sont maintenant disponibles dans notre boutique

Autorisation de Tatouage de Frédéric Forest

Frederic Forest Tattoo Permission

« J’ai eu le plaisir de recevoir jusqu’à présent, des milliers de photos de mes dessins tatoués sur vos corps. C’est toujours avec beaucoup de surprise, de la fierté, de l’émotion et infiniment de gratitude que je reçois ces photos.

Je reçois également beaucoup de demandes d’artistes tatoueurs, que je remercie également pour leur professionnalisme et leur respect des droits d’auteur, qui veulent s’assurer si j’ai donné mon accord à telle ou telle reproduction de mes dessins.”

Pour simplifier le processus de ces demandes, vous pouvez désormais directement commander votre autorisation de tatouage sur le site web grammatical-paris.com

Merci à tous

Frédéric Forest

Alba : la genèse du projet

C’est dans le cadre de l’exposition Alba qui se tiendra du 15 au 17 novembre, que nous avons rencontré Frédéric Forest et Quentin Simon. Confortablement installés dans notre atelier du 21 avenue du Maine, ils nous racontent la genèse de leur projet commun: Alba.

ALba, Frederic Forest Quentin Simon

G. Comment vous-êtes-vous rencontrés ?

FF. Par Instagram tout simplement. Assez vite, je suis tombé sur son compte. Dans le flux infini et continu des images qui circulent, les siennes me revenaient souvent en mémoire. Elles restaient. Ce qui est pour moi une valeur essentielle de la photographie. La photographie doit imprimer la mémoire et l’imagination. J’ai tout de suite aimé son travail très naturel, très direct, ce qui était assez éloigné de l’utilisation abusive des filtres et de retouches abusives. 

Je lui ai envoyé des messages pour lui dire que j’aimais ce qu’il faisait. On a ensuite beaucoup parlé d’architecture (que j’avais hésité à étudier) et de photographie. Je considère d’ailleurs mon travail comme de la photographie manuelle. Et puis assez vite on a parlé des livres.
Alors naturellement, le projet d’en faire un ensemble est venu rapidement.

Van Der Rohe in Barcelona

G. Quentin, qu’apprécies-tu dans le travail de FF ?

QS. Sa pureté, sa simplicité. Il arrive à faire dire à une ligne noire sur fond blanc ce que beaucoup n’arrivent pas avec toutes les couleurs et techniques qui existent. L’efficacité du trait est bluffante. Je crois que je supporte de moins en moins les fioritures, quel que soit l’art : les musiques surchargées ou les photos “sur-filtrées” par exemple, et le travail de Fred va à l’inverse de ça. Il va droit au but, sans tricher, avec une élégance brute et naturelle.

Van Der Rohe in Barcelona

G. Frédéric, qu’apprécies-tu dans le travail de QS ?

On a à peu près la même perception sur le travail de l’autre. Pour moi, le travail de Quentin a ce mélange entre douceur et quelque chose de brut. J’entends brut dans le sens intact, non transformé. Je crois que ça vient aussi de son utilisation de la pellicule et non de boîtiers numériques. Ce choix de matériel est important dans son lâcher-prise tout en gardant sa maîtrise de la technique. Ses images sont véritablement un regard. Quelque chose qui a su voir instantanément et prendre le temps. Je lui dis souvent qu’il fait du cinéma avec ses images. On a d’ailleurs beaucoup parlé du film « La Jetée » de Chris Marker qui a été pour nous fondateur dans le projet Alba.

G. Ce projet de livre a mis plus de 2 ans pour aboutir, pourquoi ?

QS. Le “scenario” du livre n’est pas né dès notre première rencontre. C’est en discutant de notre travail respectif et de celui de l’autre, de nos inspirations, et de beaucoup d’autres choses que le projet s’est concrétisé. D’une idée vague nous nous sommes ensuite centré sur l’architecture, puis encore davantage vers celle du Bauhaus, pour finir par le pavillon de Mies Van Der Rohe à Barcelone que j’avais déjà un peu photographié. Le concept autour de l’habitante du pavillon – Alba – nous est venu encore plus tard pendant nos échanges de dessins et photographies.

G. Ce projet de livre a mis plus de 2 ans pour aboutir, pourquoi ?

QS. Le “scenario” du livre n’est pas né dès notre première rencontre. C’est en discutant de notre travail respectif et de celui de l’autre, de nos inspirations, et de beaucoup d’autres choses que le projet s’est concrétisé. D’une idée vague nous nous sommes ensuite centré sur l’architecture, puis encore davantage vers celle du Bauhaus, pour finir par le pavillon de Mies Van Der Rohe à Barcelone que j’avais déjà un peu photographié. Le concept autour de l’habitante du pavillon – Alba – nous est venu encore plus tard pendant nos échanges de dessins et photographies.

De façon plus pratique, ce long délai vient aussi du fait que je ne vais pas à Barcelone tous les jours, mais aussi qu’Alba est le premier livre de Grammatical et donc beaucoup de choses ont dû être mis en place pour l’occasion.

Alba Book by Frederic Forest and Quentin Simon

Van Der Rohe in Barcelona

G. Frédéric, tu n’es jamais allé au pavillon de Barcelone, pourquoi ?

FF. Pendant mes études, on a fait un voyage à Barcelone et cela faisait partie des visites organisées, mais pour une raison que j’ai oubliée, nous n’avons pas pu entrer. Lorsque Quentin rapportait les scans de ses négatifs du pavillon, il m’invitait à y aller la fois suivante avec lui. Il y a eu différentes raisons et excuses de ne pas faire le voyage, c’était certainement des signes que je ne devais y aller. Mais plus que tout, j’aimais l’idée que mon dessin allait apporter la part de fiction de cette histoire. Cela fait partie de l’exotisme aussi, de ce fantasme que l’on se fait d’un lieu dont on a vu et revu des images, des films, des plans et des maquettes. Je l’avais tellement imaginé que je ne voulais pas quitter l’idée que je m’en faisais. D’ailleurs, cela a été très utile pour le montage du livre que nous avons vraiment pensé comme un court-métrage. La scène d’une journée ou de plusieurs journées de cette sculpture, ou plutôt de cette résidente, dont nous avons fait un personnage : Alba.

Van Der Rohe in Barcelona

Alba Book by Frederic Forest and Quentin Simon

G. Quel sont vos prochains projets ?

QS. Peut-être un autre livre, autour de mon dernier voyage au mois de juin en Bouriatie (région de la Sibérie), je suis actuellement en train de chercher un éditeur (ceci est une bouteille à la mer!). Également pas mal de shootings mode à venir en cette rentrée.


FF. Des tirages de Quentin, quelques peintures et certains dessins originaux qui ont servis à ce livre seront exposés le 15, 16 et 17 novembre au 78 rue de Turenne à Paris. Nous y ferons également la signature du livre. Ensuite, il y aura une série de petits livres pensés comme des carnets volés sont en cours. Le premier volet devrait sortir dans peu de temps…

Alba Exhibition posters

Exposition Alba du  15 to 17 novembre 2019
11h – 20h
78 rue de Turenne
75003 Paris

Alba Exhibition, la première exposition de Frédéric Forest et Quentin Simon

Grammatical est ravi de vous inviter à notre première Exposition à Paris pour présenter le livre de Quentin Simon et Frédéric Forest : ALBA.

Venez découvrir les dessins, peintures et photographies originales présentés dans le livre. De nouveaux tirages en série limitée seront lancés à cette occasion…

Frédéric Forest et Quentin Simon seront présents lors d’une séance signature: vendredi, samedi et dimanche de 18h00 à 20h00.

Ouvert du 15 au 17 novembre 2019
11h00 – 20h00
78 rue de Turenne
75003 Paris

Bienvenue chez Pauline

Pauline d’Hoop est une architecte d’intérieur, mère de 3 enfants et passionnée d’art. Elle suit les œuvres de Frédéric Forest depuis des années et on peut même dire qu’elle a une très belle collection de ses dessins.


Voici son dernier appartement à Paris. Ici et là, elle a disposé ses objets fétiches et les meubles qu’elle a soigneusement glané dans ses divers moments professionnels ou personnels. 

Elle cherche avant tout à laisser passer la lumière à travers les différents volumes des salons pour révéler avec douceur les détails et usages des pièces, et tout cela avec son style parisien et décontracté. Un esprit qui a déjà plu à de nombreux clients privés, hôtels, plusieurs restaurants comme Le Camondo et des maisons comme Sézane.

Les œuvres et les tirages limités de Frédéric Forest surgissent ici et là et se déplacent selon ses humeurs dans le salon, le bureau et le hall d’entrée. Les lignes claires et délicates de ses dessins sont aussi légères à placer qu’à regarder. L’architecture, le corps, la danse, sont autant de thèmes qui ne pourraient cohabiter sans la sensibilité de Frédéric les traversant.

«Je suis toujours surprise qu’une galerie parisienne ou new-yorkaise ne l’ait pas encore présenté… Je m’en remets donc à la sélection précise et idéale pour les intérieurs de son œuvre par Grammatical.»